[Création de personnage] L’antihéros et le rival en bande dessinée

Fiche 1 - la création de personnage

Dans l’espace insondable, un petit vaisseau se fait pourchasser par un énorme croiseur intersidéral. Des troupes s’apprêtent à se défendre d’un abordage enragé. Quand soudain, la porte explose et le combat commence. Il est violent et sans merci. A l’issu, dans l’encadrement détruit, un homme, en armure noir et une cape trainant sur le sol, surgit face à nous : Dark Vador. Le méchant le plus célèbre du cinéma était né.

Les meilleures histoires ont des méchants exceptionnels

Un rôle déterminant

Le rival est le pendant du héros. Sans lui, son aventure n’a aucune raison d’être. Pour retenir l’attention du lecteur, rien ne vaut un vrai et bon méchant. Un être si diabolique qu’il est difficile de savoir à l’avance si le héros sortira vainqueur.

Thanos de Lanfeust de Troy —

Le mal peut prendre toutes les formes. Il peut être identifié dès le début. Thanos de Lanfeust de Troy entreprend de tout détruire pour sa quête de pouvoir. Dans les albums d’Hergé, les méchants sont souvent bien définis et sans scrupules.

Un antagoniste plus perfide existe, l’ami, l’allié ou celui que l’on ne soupçonne pas. Bref, des rivaux cachés, encore plus dangereux. Enfin, le mal intérieur, la bête psychologique néfaste, le héros devient son propre ennemi, comme dans le « combat ordinaire » de Larcenet.

Un méchant multiforme

Dans la bande dessinée classique le méchant est immédiatement identifiable, souvent avec un fort tempérament. Il a évidemment un caractère négatif, tyrannique ou traitre. Son aspect est inquiétant et ses attitudes sont exagérées pour rendre la situation plus dramatique.

Physiquement, il n’est pas forcement affreux. Mais si il est beau, il l’est à l’extrême : la beauté du diable. Dans tous les cas, sa personnalité est malfaisante.

Célèbre méchant de Lucky Luke

Mania de la presse à la tête d’une armée paramilitaire, super vilain capable d’annihiler une planète ou rival amoureux prêt à détruire une vie, le rôle du méchant n’a pas de limites. Mais comme toute histoire, les stéréotypes sont faits pour être démontés, alors soyez imaginatif.

Cliquez ici pour connaitre quelques méchants célèbres dans les comics 

 

 

L’antihéros, le héros du négatif

être calife à la place du calife

L’être humain est complexe, affublé de nombreux défauts, certains un peu honteux ! Lorsqu’un auteur sait manipuler la satire, il peut faire accepter l’inacceptable. La clé est de le rendre sympathique ce type de héros, d’où la difficulté. Iznogoud en est l’archétype. Il s’emploie à tous les stratagèmes pour devenir calife à la place du calife. On aime suivre ses aventures avec l’envie inavouée de son succès.

Il faut être admiratif de ces héros fagotés des pires défauts de la terre : cyniques, cupides, peureux, acerbes, paresseux, pleutre, etc. Des tares qui sont parfois les nôtres, mais amplifiées par la caricature. Que ce soit pour dénoncer un comportement ou de le ridiculiser, l’antihéros est le meilleur acteur pour ce rôle.

 

4 types principaux d’antihéros se dégagent :

  1. Le personnage sans qualité, ou un être ordinaire
  2. Le héros négatif ou antisocial
  3. Le héros déceptif qui utilise ses qualités à mauvais escient
  4. Le héros décalé ou un personnage ordinaire plongé dans une situation extraordinaire.

Cliquez ici pour trouver quelques exemples d’antihéros dans la bande dessinée sur le site sens critique.

Bref, si vous aimez quand les méchants gagnent alors lâchez-vous.

Aimer, Commenter, Partager, Abonnez-vous

Laisser un commentaire